Sélectionner une page

Construire un bel abri en bois pour nos chèvres

Si vous pensez qu’avec 3 palettes, vous ferez un abri pour vos chèvres, j’ai une mauvaise nouvelle pour vous…

On voit beaucoup de vidéos qui prônent l’utilisation de palettes ;
qui prônent les matériaux de récup’ ;
qui prônent le système D ;
qui prônent les solutions « à pas cher ».

Soyons clairs : c’est quand même rarement une bonne solution.

La fausse bonne idée de l’abri en palette

Alors, oui, c’est vrai, certaines personnes savent transformer les palettes en véritables meubles, et font un travail extraordinaire.
Si c’est votre cas, et si on oublie les traitements chimiques que les palettes ont bien souvent subi, ça peut donner un bon résultat.

Mais dans l’immense majorité des cas, ça donne plutôt un abri fait de bric et de broc, qui ne ressemble à rien, et qui ne donnera pas satisfaction dans le temps.

Et ça c’est un vrai problème, comme je vais vous l’expliquer dans un instant.

Mais alors, pourquoi est-ce tellement en vogue, de construire des abris avec trois morceaux de planche qui se battent en duel ?

J’ouvre ici une parenthèse.

Je vise l’autonomie, donc je me débrouille

D’abord, il y a une sorte « d’état d’esprit de l’autonomiste », qui prétend qu’il faut toujours se débrouiller avec trois fois rien.

Je ne partage pas exactement cette vision, qui mélange à mon sens autonomie et survivalisme, alors que ce sont deux notions qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre. Je ne vais pas développer ici car ce n’est pas l’objet de cet article, mais j’aurai l’occasion de revenir sur ce point.

Je suis quelqu’un de bien, donc je n’ai pas d’argent

Ensuite, une autre idée répandue, c’est que l’argent c’est mal. Et quand on est quelqu’un de bien, on n’en a pas ; on n’a pas d’argent. Et donc on fait avec de la récup, par nécessité ou pour montrer qu’on n’a pas d’argent.
Là encore, le raisonnement me semble un peu trop simpliste. Non, on n’est pas obligé d’être en difficulté financière pour être quelqu’un de bien ! Donc ce n’est pas forcément grave de dépenser de l’argent pour la construction d’un abri, ça ne fait pas de nous quelqu’un d’infréquentable !

Je suis écolo, donc je n’achète rien de neuf

Enfin, cette tendance à tout construire à partir de matériaux hétéroclites participe au mouvement écologique global, qui incite à recycler plutôt qu’à acheter du neuf. Alors, cette démarche a du bon, le fait est que l’on peut essayer d’utiliser de la récup, mais il ne faut pas que ce soit au détriment de la qualité finale de l’abri de vos chèvres. Et ça, c’est pas gagné…

Je ferme la parenthèse.

Pourquoi construire un bel abri en bois

Donc, je vous disais qu’un « pseudo-abri », c’est un problème.

L’idée, c’est d’avoir tout à la fois un abri efficace pour vos animaux, et confortable pour vous.

Il faut donc proposer un abri digne de ce nom à vos animaux.

A défaut d’une dépendance « en dur, en pierre», ce qui serait évidemment l’idéal (à condition quand même que ce soit en bon état), il vous faut une « vraie » construction en bois.

Une vraie construction en bois

Qu’est-ce que j’appelle une « vraie » construction ?

– un minimum de fondations pour que ça dure dans le temps sans s’affaisser, c’est indispensable ;

– des murs suffisamment épais pour gagner quelques degrés de température, c’est indispensable ;

– un toit étanche pour protéger de la pluie les bêtes et le râtelier de foin, c’est indispensable ;

– et un espace suffisant pour faciliter le travail de l’homme, c’est aussi indispensable.

De l’utilité d’un abri « en dur » pour les chèvres

Pourquoi ?

Parce que c’est vous qui changerez la litière ;
C’est vous qui apporterez du foin ;
Et c’est encore vous qui irez traire tous les jours.

Et si vous voulez que votre élevage dure dans le temps, il faut que tout se passe dans de bonnes conditions, pour tout le monde : les animaux, et les humains.

L’abri de vos animaux doit donc, en plus d’être efficace contre les intempéries, vous apporter un minimum de confort.

Avec un abri réfléchi et adapté, vous gagnerez en bien-être et sérénité.

Les étapes pour construire un abri en bois

Petit rappel théorique : les chèvres ne sont pas des moutons !

Si je vous dis ça, c’est juste pour rappeler que leur pelage est très fin, on n’est pas du tout sur la laine du mouton.

Et comme leur pelage est très fin, il ne les protège ni des grands froids, ni de la pluie.

Donc un abri reste indispensable pour le bien-être de vos chèvres.

Maintenant venez, je vous explique tout !

Pour construire un abri en bois bien costaud, qui dure dans le temps et qui soit suffisamment confortable autant pour vos chèvres que pour vous, vous avez deux possibilités :

– soit vous achetez les matériaux bruts et vous bâtissez à partir d’un plan personnel : cette solution a le mérite de vous permettre de faire du sur-mesure, mais vous devez quand même avoir de bonnes connaissances pour que le résultat soit bon ;

– soit vous achetez un chalet de jardin à monter, ce qui vous évite l’étape de la conception des plans, et contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, en fait ça ne vous reviendra pas forcément plus cher.
Si ça vous intéresse, je vous ferai un comparatif à l’occasion, moi j’ai été surprise.

Monter un chalet pré-construit, c’est une bonne solution si on n’est pas sûr de ses compétences créatives et techniques surtout, et ça permet d’avoir un rendu tout à la fois solide et esthétique, ce qui compte aussi.

Pour ma part, c’est le choix que j’ai fait.

Les fondations de mon abri en bois

La première étape, que ce soit en construction sur-mesure ou en chalet pré-construit, c’est les fondations

Les fondations, vous n’y couperez pas.

Ça peut être une dalle de béton, mais aussi plus simplement, selon le terrain, des plots sous les angles de la construction. Et tous les intermédiaires existent entre la dalle complète et les simple plots !

Le risque si vous n’en faîtes pas, c’est que votre construction s’affaisse avec le temps, et bien sûr de façon irrégulière. Votre abri va alors vriller, et deviendra dangereux, avant de finir en ruine.

Pour que votre construction dure dans le temps, vous devrez faire des fondations, assurément !

Les murs de mon abri en bois

La deuxième étape, la plus évidente, ce sont les murs. Là, pour le coup, les techniques seront très différentes selon que vous aurez choisi de construire à partir de vos plans personnels, ou à partir d’un chalet pré-construit.

L’important, c’est que l’ensemble soit bien stable et les murs suffisamment épais pour isoler du froid.

Le problème si vos murs comportent des trous, des fentes ou des irrégularités, c’est que le vent va pénétrer, et l’humidité aussi.

Vous élèverez de bons murs costauds et grand, la santé de vos gentilles biquettes en dépend.

Le toit de mon abri en bois

La troisième étape permettra à votre abri d’être hors d’eau, c’est le toit. Votre toit ne doit laisser rien laisser passer. Il faudra même veiller à son entretien. Typiquement, le jour où vous constatez une toute petite fuite, ne vous contentez pas de poser un seau en dessous pour récupérer le goutte à goutte. C’est par la faiblesse du toit que commence une ruine : la moindre infiltration non traitée sonne le début de la fin.

Donc lors de la construction, assurez-vous de poser un toit étanche et surtout bien fixé au corps de l’abri.

Évitez donc le système D ou la bricole, car il serait dommage que votre toit s’envole.

Les finitions de mon abri en bois

Et enfin, les finitions.

Alors, les finitions, elles sont de deux sortes :

– les finitions purement esthétiques, comme la pose d’une petite frise décorative en bordure de toit, ou la gravure du nom de votre chèvrerie.

– les finitions techniques, comme la lasure pour protéger le bois des intempéries et même du soleil.

L’esthétique, ça compte aussi, et c’est important : c’est vous qui choisissez votre environnement

Ce que vous devez retenir

Autrement dit :

Des fondations dépendra la stabilité des murs ;
De la stabilité des murs dépendra la tenue du toit ;
Et de la tenue du toit dépendra la longévité de votre abri.

Évidemment, l’abri ne fait pas tout : le terrain est tout aussi important pour vos chèvres, vous vous en doutez.

Maintenant, à vous de jouer !palettes-bois

par | Avr 28, 2021 | Non classé | 0 commentaires